8 conseils pour des vacances réussies

Pour éviter les mauvaises surprises pendant vos vacances en France ou à l’étranger ou à votre retour, voici quelques conseils faciles à appliquer.

8 conseils vacances été

1. Protégez votre logement contre un sinistre ou un cambriolage

C'est bien connu, les cambriolages ont tendance à augmenter pendant les vacances d'été du fait de l'absence des propriétaires ou des locataires. Cependant le cambriolage n'est pas le seul risque contre lequel vous devez vous protéger. Une inondation, un orage ou des vents violents peuvent aussi causer des dégâts. Aussi, prenez toutes les précautions avant votre départ :

  • coupez les arrivées d’eau et vidangez les installations de chauffage,
     
  • repliez les stores extérieurs et tout autre objet (type grand parasol) qui pourrait être emporté par des vents importants,
     
  • fermez les portes et les volets et ne laissez pas le double des clés dans un endroit caché (car il n’y aurait pas d’effraction),
     
  • informez la gendarmerie ou le commissariat le plus proche de votre domicile de votre départ en vacances. Ils effectueront ainsi une ronde dans votre quartier.

"La fausse bonne idée est de laisser les volets ouverts la journée et les faire fermer par un tiers la nuit.  En effet, la garantie vol de votre assurance habitation peut être activée uniquement si votre habitation respecte un certain nombre de moyens de protection qu’ils soient mécaniques (portes et volets fermés ou verre anti-effraction) ou électroniques (alarme). Ne pas les actionner pendant votre absence pourrait entraîner une réduction de votre droit à indemnité (limitation à 50% dans de nombreux cas) ou pas d’indemnité du tout. C’est ce que l’on appelle une déchéance de garantie", explique André Choquet, directeur du département Assurances des particuliers.

2. En fonction de votre destination, anticipez les frais de santé

Si vous partez en vacances en France, vous êtes assuré par l’Assurance maladie et par votre complémentaire santé. Ces organismes prendront en charge vos dépenses médicales et vos frais d’hospitalisation dans les conditions prévues par votre contrat. Vous n’avez pas de démarches particulières à effectuer dès lors que vous présenterez votre carte Vitale aux médecins et établissements hospitaliers.

 

En revanche, si vous partez dans un pays de l’Union européenne, ou en Suisse, pensez à demander à votre Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) la Carte européenne d’Assurance maladie (CEAM) qui vous permettra d’avoir un accès aux soins. Vos dépenses médicales seront soit prises en charge directement, selon les formalités en vigueur dans le pays concerné, soit vous pourrez en demander le remboursement à votre retour et sur présentation de facture.
La CEAM est gratuite et sa durée de validité est de deux ans. Il est possible d’en faire la demande sur le site
Ameli.fr. Il s’agit d’une carte individuelle et nominative. Ainsi chaque membre de votre famille y compris vos enfants de moins de 16 ans doivent avoir la leur.

 

Si vous voyagez hors de l’Union européenne, sachez que les frais médicaux et d’hospitalisation sont très onéreux dans certains pays, notamment aux États-Unis, au Canada ou en Australie. Il est alors indispensable de souscrire, avant votre départ, une assurance voyage qui prendra en charge ces frais. Vous pouvez opter pour un contrat temporaire qui précise la durée et la destination de votre voyage. Si vous êtes un grand voyageur, il existe un contrat annuel qui vous protège quel que soit le nombre de voyages effectué.

 

Dans tous les cas, vérifiez bien que vous disposez d’un contrat assistance/rapatriement. Il est souvent rattaché à votre contrat assurance auto et prendra en charge les frais d’assistance et de rapatriement à votre domicile en cas d’accident ou de maladie.

3. Vérifiez vos conditions d'annulation et les montants de remboursement

Si vous réglez votre voyage avec votre carte bleue, il est probable que l’assurance annulation soit incluse dans le contrat de cette carte. Vérifiez cette information auprès de votre banque et vérifiez également les montants pris en charge. Si ces derniers sont trop faibles ou que l’assurance n’est pas incluse dans votre carte bancaire, il est préférable de souscrire une assurance voyage qui comporte une garantie annulation.

4. Faites des copies de vos documents importants 

La perte ou le vol des bagages engendre toujours de nombreux problèmes mais pour les réduire au maximum, nous vous recommandons quelque règles pratiques : conservez les contrats de location sur vous plutôt que dans votre valise ; ne mettez pas toutes les pièces d’identité et vos moyens de paiement dans le même bagage et enregistrez dans un coffre-fort numérique la copie de vos papiers d’identité, des contrats de location, des billets d’avion ou de train ; enregistrez dans votre téléphone les numéros d’urgence (opposition carte bleue, assistance…) pour faciliter vos démarches.

 

Avant de partir, vérifiez que votre assurance assistance vous propose un trousseau de première nécessité en cas de vol ou perte de bagage. Avec ce même contrat, vous bénéficiez souvent d’un service d’aide pour effectuer les démarches et reconstituer vos papiers d’identité.

5. Vérifiez votre contrat Multirisques habitation

Vous pouvez causer un dommage à l’habitation que vous louez (dégât des eaux, incendie, bris de vitrage, dommage au mobilier, etc.). Pour être en capacité de dédommager le propriétaire, vérifiez bien que votre contrat d’assurance Multirisques habitation principale prévoit une garantie « villégiature ». C’est cette garantie qui remboursera les dommages causés dans le bien loué. Le plus important est de vérifier la territorialité de cette garantie. La Corse est souvent exclue et parfois les pays de l’Union européenne. Certains propriétaires réclament d'ailleurs cette attestation lors de la signature du contrat de location.

 

Si la garantie villégiature n’est pas incluse dans votre contrat Multirisques habitation ou si elle n’intègre pas la destination du voyage, vous pouvez demander au bailleur qu’il souscrive « une assurance pour compte ».

6. Informé votre assureur si vous louez votre logement 

De plus en plus de propriétaires louent leur logement à des tiers via des plateformes collaboratives comme Airbnb, et tout particulièrement pendant la période estivale. Si c'est votre cas, il est indispensable de déclarer cette activité à votre assureur afin de couvrir votre responsabilité si, par exemple, le locataire est blessé par un meuble mal fixé au mur ou en cas d’intoxication due à une fuite au gazN’oubliez pas de vous assurer que vos futurs locataires ont la garantie villégiature. S’ils ne possèdent pas cette garantie ou s’ils sont étrangers, vous pourrez demander à votre assureur de prévoir, moyennant une sur-prime, une clause de renonciation à recours à l’encontre du locataire ou bien souscrire vous-même « une assurance pour compte ».

7. Sécurisez votre piscine

Depuis 2004, les piscines privées enterrées ou semi-enterrées doivent être équipées des dispositifs de sécurité suivants :

  • Barrières, couvertures ou abris pour empêcher l’accès au bassin. Elles doivent empêcher le passage d’un enfant de moins de 5 ans sans l’aide d’un adulte.
     
  • Alarmes sonores pour prévenir de la chute ou de l’approche d’un enfant du bassin.

L’absence de ces dispositifs est passible d’une amende de 45 000 euros, et même de sanctions pénales en cas d’accident. En tant que propriétaire, vous êtes responsable des dommages causés du fait de votre piscine, même en cas de location de votre habitation. Il est donc indispensable de déclarer la présence d’une piscine à votre assureur qui encore une fois adaptera le contrat : mise en place d’une Responsabilité civile qui prendra en charge les dommages causés aux tiers et les dommages causés à la piscine et à ses aménagements.

8. Vérifiez l'assistance prévue par votre contrat auto

Si vous partez avec votre véhicule, il vous faudra vérifier que votre contrat d’assurance automobile comporte bien une garantie « Assistance ». Celle-ci prévoit en effet une prise en charge des frais de remorquage, de dépannage de votre véhicule. Vérifiez également l’étendue de cette garantie Assistance : intervient-elle en cas de crevaison, ou de perte de clés ou de carte de démarrage ? Y a-t-il une franchise kilométrique ? Avez-vous droit à un véhicule de prêt ? Pendant combien de temps ? Êtes-vous hébergé à titre gratuit le temps de l’immobilisation du véhicule ? Quel est l’élément déclencheur : accident, panne, vol… ? Quels sont les plafonds de remboursement ? 

 

"En cas de panne sur l'autoroute, seules certaines sociétés sont autorisées à effectuer les dépannages. Dans pareil cas, vous ne pourrez pas faire appel à votre propre assisteur et vous devrez donc avancer les frais. En revanche, notez que ce dernier pourra vous rembourser ensuite sur présentation de la facture. Veillez donc à la conserver jusqu’à votre retour de vacances" souligne André Choquet.

 

Sachez également que vos garanties automobile sont accordées dans les pays figurant sur votre carte verte (France + UE a minima), en général pour des séjours inférieurs à 90 jours. Certains pays ne sont donc pas assurés et il faut alors souscrire une assurance locale. Pour obtenir cette assurance locale avant votre départ, vous pouvez contacter le consulat ou l’ambassade du pays concerné. Vous pouvez également opter pour une souscription une fois arrivée dans le pays, toujours auprès des autorités locales.

 

Bonnes vacances !