Contamination : une assurance pour protéger les industriels de l'agroalimentaire

Pour les industriels de l’agroalimentaire, la prévention du risque de contamination est un enjeu majeur. Les bonnes pratiques comme le respect des exigences réglementaires, les certifications ou les audits qualité ne suffisent pas à garantir leur pérennité. Verspieren propose une assurance contamination pour aider les entreprises à se protéger.

Contamination : des solutions d'assurance pour préserver les industriels de l'agroalimentaire

Pour répondre aux attentes des professionnels de l’industrie agroalimentaire, Verspieren a développé un contrat contamination qui les protège en cas de crise sanitaire. Beaucoup plus larges que les autres contrats du marché, nos garanties auraient couvert toutes les crises sanitaires enregistrées depuis 30 ans, à l’exception de celle de la vache folle.

En cas de contamination d’un de ses produits, une entreprise doit faire face à 5 coûts : l’indemnisation des éventuelles victimes, la perte de la marchandise, le retrait ou rappel des produits, la perte d’exploitation, temporaire ou définitive, et la perte de son image. L’ensemble de ces coûts est parfois supérieur à sa capacité de financement !

 

Les entreprises agroalimentaires sont le plus souvent couvertes pour les dommages corporels, les coûts de rappel des produits et la perte de chiffre d’affaires, grâce à leur contrat de responsabilité civile. Pour se protéger face à aux autres dangers générés par une contamination, elles peuvent souscrire des contrats contamination, qui prennent en charge les pertes financières directes et indirectes : gestion de crise, frais de retrait, remplacement du produit, frais de réhabilitation de l’image de marque. Cependant, ces contrats contamination classiques impliquent une notion de dommage corporel survenant dans les 360 jours. Or, la toxicité chronique déclenche parfois des dommages corporels bien au-delà de cette durée, et les industriels ne seront pas couverts.

 

L'Institut de veille sanitaire a dénombré entre 250 000 et 750 000 intoxications alimentaires ces 10 dernières années.