La prime à la naissance : une aide précieuse pour l’arrivée d’un nouveau-né

La naissance d’un enfant dans une famille est synonyme de bonheur et aussi souvent de dépenses importantes. Pour venir en aide aux jeunes parents, deux primes de naissance peuvent être versées à la naissance de l’enfant. Une prime de naissance, versée par la CAF, et un forfait naissance mutuelle, versé par la complémentaire santé (Verspieren, par exemple). Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Prime à la naissance

Le forfait naissance proposé par la complémentaire santé

Selon le contrat de complémentaire santé proposé par votre entreprise ou la mutuelle que vous avez souscrit à titre individuel, une prime de naissance également appelée forfait de naissance peut vous être versée. Ce forfait de naissance est affecté sans conditions de ressources. Pour que la somme soit perçue, l’enfant doit être inscrit sur la mutuelle de ses parents. Généralement le forfait naissance est versé dans les deux mois qui suivent la naissance de l’enfant.

 

Si vous bénéficiez de la complémentaire santé Verspieren, rendez-vous sur Mon Espace Verspieren et consultez le livret de garanties de votre entreprise pour connaître le montant du forfait naissance qui pourrait vous être versé.

 

CAF : La prime de naissance versée selon les niveaux de revenus

Pour aider les parents à faire face aux nombreuses dépenses, la CAF peut verser une prime à la naissance à chaque nouveau-né. Un dispositif inscrit dans la Paje (la Prestation d’accueil du jeune enfant), au même titre que l’Allocation de base, la Prestation partagée d’éducation de l’enfant et le Complément de libre choix du mode de garde. Cependant, la prime de naissance n’est pas systématique. Pour bénéficier de la prime de naissance dont le montant net est fixé à  941,67 euros en 2018, le revenu des parents ne doit pas dépasser certains seuils.

 

J’accède aux seuils de revenus définis par la CAF

 

En plus des conditions de revenus, la grossesse doit être déclarée au cours des 14 premières semaines de grossesse à la CAF et à la Caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM). L’envoi des volets 1 et 2 du document de premier examen prénatal (effectué avant le 3e mois de grossesse par le médecin traitant ou une sage-femme) est nécessaire pour faire une demande de prime de naissance. Le montant de la prime de naissance est proportionnel, au nombre d’enfants attendus : pour des jumeaux, il sera doublé (1883,36 euros), et pour des triplés, il sera multiplié par trois (2825,04 euros). Le paiement de la prime de naissance n’est effectif qu’après la naissance de l’enfant, voire au plus tard avant la fin du deuxième mois civil qui suit sa date de naissance.

 

Si les parents répondent à ces deux critères et dès lors qu’ils résident en France (et ce quelle que soit leur nationalité), ils ont droit au versement de la prime de naissance par la CAF.