SAAM Verspieren Group développe des web services pour les licenciés de vol libre

Choisi pour être le courtier en assurances de la Fédération française de vol libre au 1er janvier 2017, SAAM Verspieren Group, la filiale du Groupe Verspieren spécialiste de l’aéronautique, a développé une série de web services pour faciliter les démarches des licenciés.

SAAM_Verspieren_Group_parapente

Déclaration des sinistres en ligne

Depuis le 1er janvier 2017, les licenciés victimes d’un accident peuvent déclarer tout sinistre depuis le site de la fédération.  Les informations saisies par la structure agréée FFVL le plus souvent sont directement communiquées aux équipes de gestion de SAAM Verspieren Group via un web service. Ces dernières peuvent ainsi instruire immédiatement le dossier. A tout moment, le licencié peut se connecter à son espace et suivre en temps réel l’état d’avancement de son dossier sinistre.

"Au-delà du temps gagné entre la déclaration et le début de l’instruction, notre objectif était de simplifier les démarches des licenciés et surtout, de leur donner la possibilité de suivre l’instruction de leur dossier dès qu’il survient et de faire preuve d’une grande transparence tant auprès de la Fédération Française de Vol Libre que des licenciés." explique Laurent Haumont, directeur adjoint de SAAM Verspieren Group.

Une déclinaison possible auprès des autres fédérations du secteur aérien

SAAM Verspieren Group travaille également à la mise en place de ce service avec la Fédération Française de Parachutisme, dont il est également le courtier depuis 8 années. D’autres fédérations clientes comme la Fédération de Vol Libre au Portugal ou la Fédération Européenne des Loisirs Aériens… se montrent également très intéressées.

« Le web service que nous avons développé répond à un besoin fort de l’ensemble des fédérations avec qui nous collaborons. Nous l’avons pensé de manière à le décliner facilement auprès de nos différents clients. Nous espérons qu’il apportera satisfaction aux licenciés au moment où ils ont le plus besoin de nous » conclut Laurent Haumont.